Les Nations Unies à Montréal?

Dans ce que je crois être une opinion personnelle et isolée, le Temps a publié un article le 9 décembre dernier intitulé « Le transfert du siège de l’ONU à Montréal serait une solution idéale ». Les archives étant payantes, je ne peux pas y accéder.

La Revue de presse de la Genève internationale offre cependant ce résumé:

Le transfert du siège de l’ONU à Montréal
serait une solution idéale

Le Temps – 09.12.05
Prévu à l’origine à Boston, le siège de l’ONU fut finalement implanté à New-York, suite à un don de Nelson Rockfeller. La charte de l’ONU ne mentionnant pas de localisation particulière pour le siège, celui-ci doit cependant être situé dans un « pays développé, respectueux des droits de l’homme, sûr, démocratique, ouvert au monde extérieur, d’accès facile, disposant d’une excellente infrastructure » et où l’anglais est parlé sinon généralement compris. Le secrétaire général, Kofi Annan, a demandé récemment à l’Assemblée générale 1,6 milliard de dollars pour rénover l’immeuble de New York. Or la vente du terrain sur lequel se trouve actuellement le siège couvrirait largement une implantation à Montréal, ville qui offre un environnement multiculturel et où le coût de la vie est 40% moins élevé. Economiquement et politiquement, cette solution est viable. Les Etats-Unis auront certainement un rôle à jouer dans la décision finale mais celui-ci dépendra de leur contribution financière et de leur poids en tant que superpuissance.

Curieuse idée. Rationnelle peut-être (ce serait mieux qu’un casino dans le vieux-port non?) mais le 40% inférieur de coup de la vie serait surement être légèrement modifié par la décision. Enfin, ce serait un potentiel remède à mon exil.

3 réflexions au sujet de « Les Nations Unies à Montréal? »

  1. Dream on…mais c’est quand même un exercice intéressant de s’imaginer où ce serait… Je verrais mal le siège social de l’ONU à Pointe Saint-Charles. Qu’en penses-tu?

  2. Personnellement, je m’inquiéterais plus pour Pointe St-Charles que pour le siège si c’était fait au bassin Peel. Came semblerait un projet plus porteur qu’un casino en tout cas.

    El bon, dans ce genre de déménagement, il y a tous les employés locaux et les missions, et les infrastructures qui gravitent autour de la bête… Sportif comme projet. Mais le principal obstacle, en supposant que les chiffres sont raisonnables, serait la perte symbolique (et peut etre même réelle) ) d’influence politique du pays hote actuel.

    Enfin, je pense que l’exercice est intéressant dans la mesure où si une ville peut se rentre attrayante et être en mesure de prétendre acueillir un siège de cette envergure, elle doit être aussi attirante pour d’autres entreprises.

Les commentaires sont fermés.