HKG-GVA

Je rentre sur Genève. Ça a été un mois assez intense pour moi, avec un changement de boulot imprévu, un parachutage au milieu d’une équipe à quelques jours d’un évènement gigantesque, et les trois dernières semaines à bosser sans arrêt.

Le show a bien été. Le plus gros trade show jamais tenu a Hong Kong et plus de 900 millions de HK$ de retombés pour la région, selon les autorités chinoises.

Ça a été très satisfaisant de voir monter les stands, de voir fonctionner (ou ne pas fonctionner) tous les services dont j’avais vu passer les contrats, de voir les renégociations, les accommodements, les ajustements rapides. Ça fait un bel équilibre avec la position plus détachée que j’avais auparavant et je pense que c’est une expérience qui va vraiment me permettre de mieux faire mon boulot, ou simplement me rendre plus parano, ce qui est pas nécessairement négatif dans ce métier.

L’équipe ici est géniale, malgré ces deux collègues qui insistent pour m’appeler le Caribou…

Je suis bien content d’être retourné en Chine, même si je n’ai absolument pas eu le temps de faire quelque tourisme que ce soit.

Trop de sécurité, c’est comme pas assez. Mais le protocole, c’est quand même un monde assez spécial.

La tradition des booth babes est toujours remarquablement vivante, en Corée et en Russie notamment. Je trouve ça toujours un peu surprenant: je ne comprends pas du tout comment on peut essayer de vendre des rack de tours de cellulaire en mettant des pitounes devant.

Incidemment, j’adore travailler avec du “local staff”, ça avait été génial au SMSI à Tunis, et je suis encore tombé sur une équipe en or. D’ailleurs, si quelqu’un veut partager des gâteau et des desserts cantonnais, j’en ai quelques boîtes…

Je déteste les bars d’hôtels. Mais la nécessité est mère de la tolérance. Et, à mon sens, les pinottes enrobées de wasabi sont une grande innovation culinaire.

Quand Kitty Hawk et son groupe débarquent en ville, ça change un peu un quartier.

Je dois clairement me faire faire des vêtements sur mesure plus souvent.

La culture chinoise des banquets est un art que j’apprécie. La culture chinoise de terminer ça dix minutes après que le dernier plat ait été servi est une caractéristique que j’apprécie moins.

Des valets empressés et serviables dans les toilettes, malgré toute leur bonne volonté, ça ne me plaît pas.

Bosser 14h par jour, ce n’est pas trop mal quand on est par ailleurs entouré de ouate luxueuse. (ce billet est d’ailleurs sponsorisé par les lounges de Cathay Pacific et de BA, ainsi que par mes vraiment mauvaises connexions de vol…)

Je n’ai pas bu de bai jiu. J’ai par contre mange du mapo tofu, des pattes de poulet et du porc cuit deux fois pour compenser (et pris un toast de thé aux fleurs a ta santé, Max). Et plein de choses que je ne sais pas c’est quoi aussi.

J’ai hâte de revenir à un endroit ou la climatisation à fond n’est pas une marque obligée d’hospitalité.

C’est vrai que les lits Revive du Marriott sont confortables. Ça n’empêche pas que l’on puisse se retrouver avec une grosse blatte dans sa salle de bain le matin.

J’ai vu le soleil à peu près 4 fois en 3 semaines. Mais au moins on a évité de devoir accueillir un typhon en même temps que le show.

En somme, vu l’expérience très positive, je me réjouis, comme disent les Suisses, de recommencer tout ça pour la Bulgarie l’automne prochain et pour le prochain Telecom World à Genève dans trois ans.

2 réflexions sur « HKG-GVA »

  1. Contente de lire ce résumé de ton séjour à Hong-Kong.
    Dois-je conclure de la fin de ton message que tu occuperas ton nouvel emploi pour au moins les trois prochaines années?

Les commentaires sont fermés.